Nous contacter

ACDIC
Association Citoyenne de Défense des Intérêts Collectifs
Rue Ceper – Face Lions Club
Yaoundé - Cameroun 

Tél./Fax : +237 222 20 73 37
secretariat@acdic.net
www.acdic.net

Affaire bac sur le fleuve Nachtigal


Les travaux de réhabilitation avancent, le bac sera livré dans les prochains jours.

Affaire 150 millions destinés aux tabaculteurs de l’Est

- le nouveau MINADER s'est saisi de l'affaire,

- les virements se feront désormais dans les comptes des bénéficiaires,

- les fonctionnaires impliqués dans les faits de corruption et de détournement ont été auditionnés,

- une allocation de 500 millions est prévue pour les tabaculteurs en 2012.

Affaire bagarre autour des cuisses de poulet congelé importé à Mokolo


Le président national de l'ACDIC, a été reçu par le ministre de l'élevage, ce dernier a promis de mettre tout en œuvre pour stopper le retour du poulet congelé importé dans nos marchés.

Affaire eau potable


D'après l'étude menée à ce sujet par l'ACDIC, 96% des camerounais, souhaitent que la priorité soit accordée à l'eau potable par rapport à la construction du port en eau profonde de KRIBI.

Affaire tracteurs abandonnés


- Le chef de l'Etat a instruit une mission d'évaluation à Ebolowa dès le lendemain du déclenchement de l'affaire,

- arrêt de montage de nouveaux tracteurs pour l'instant,

- création d'un comité de suivi placé sous la responsabilité du gouverneur du Sud,

- transfert de compétence au MINADER, en ce qui concerne la gestion des tracteurs,

- Deux tracteurs remis au CRA (collège régional d'agriculture) lors de la cérémonie de mise à disposition des tracteurs,

PLUS D'INFO

- 6 tracteurs remis à l'université de DSCHANG, UNVDA de NDOP, ferme semencière de NTUI, projet mont MBAPIT, institut agricole d'OBALA, mission de développement du Nord-ouest lors de la cérémonie de lancement de la campagne agricole 2012 à Bafia,

- le chantier du hangar avance,

- une bonne partie des tracteurs est déjà à l'abri des intempéries,

- le prestataire IMMOBILIAR, a repris les travaux de construction de l'usine de montage.

Affaire semences de maïs

- Réunion de crise tenue de toute urgence au MINADER,

- plusieurs réunions de concertation entre l'ACDIC et la présidence de la république pour l'importation des semences, malheureusement cette piste a été infructueuse,

- La présidence est entrain de prendre des mesures pour qu'il n y ait plus de pénurie l'année prochaine,

- panique à l'IRAD, qui pour sauver la face publie dans Cameroon Tribune du 05 mars 2012, un communiqué erroné sur la disponibilité des semences.

Affaire MINTRANSPORT sur la météorologie

- Réunion de crise tenue le 16 mars au MINTRANSPORT,

- le ministre NKILI, promet le rétablissement des 55 stations météorologiques hors service, car affirme-t-il : « nous mettrons tout en œuvre pour que le fonctionnement redevienne normal ; ceci est dans ma feuille de route »,

- début de la diffusion de bulletin météo sur certaines chaines de télévision.

Partenaires

  Logo_BROT

logo_presb_hunger_program

 logo_misereor

 

Train sans souffrance

Notez cet article
(0 votes)

Réunis à N’Gaoundéré du 17 au 19 mars 2010,  dans le cadre d’un atelier de planification stratégique, les membres de l’ACDIC des trois Régions septentrionales du Cameroun (Extrême Nord, Nord et Adamaoua) ont examiné les conditions de transport par train entre le Grand  Nord et le Grand Sud du Cameroun.


  1.  Le constat

Dix ans après la signature de la convention de concession (privatisation) du domaine ferroviaire entre la Société CAMRAIL et l’Etat du Cameroun, de nombreuses données permettent d’affirmer que les usagers du chemin de fer, particulièrement les voyageurs, sont les principaux perdants de cette privatisation.


Tenez !

a.    L’augmentation continue des coûts du transport des personnes et des marchandises;


b.    L’absence d’informations et des dispositions logistiques adéquates en vue de faciliter l’achat des titres de transport par les populations des régions éloignées : en guise d’illustration, il est exigé d’un passager qui réside à Maroua (500 km environ de N’Gaoundéré) de réserver sa place 48 heures avant  le départ en déposant une caution de 5.000 FCFA, sans que n’existe dans sa ville des guichets pour effectuer une telle opération ;


c.    L’arnaque des populations par un réseau organisé autour des guichets qui crée et entretien la surenchère dans la vente des billets de wagon lit et de première classe : les passagers s’entendent régulièrement dire aux guichets de CAMRAIL que les tickets pour les places de wagon lit et de première classe sont épuisés et se voient abordés l’instant d’après par des intermédiaires qui leur proposent les mêmes tickets authentiques moyennant des majorations pouvant aller jusqu’à 10 000 FCFA sur le prix du billet ;


d.    Les mauvaises conditions d’accueil et d’embarquement des passagers dans les gares: (l’insalubrité l’insécurité dans les gares, les bousculades pour accéder aux quais, l’insuffisance des places assises dans les gares, etc.) ;


e.    Le non respect des horaires de voyage, auquel s’ajoute des retards importants pouvant atteindre 10 heures pour  le voyage entre Yaoundé et N’Gaoundéré à cause, entre autres, de la vétusté des  rails et de la faible puissance des locomotives affectées au transport des voyageurs, les locomotives puissantes étant systématiquement affectées au transport des marchandises;


f.    Les surcharges des passagers dans les wagons, particulièrement les wagons de 2ème classe où de nombreux passagers voyagent debout, parfois couchés à même le plancher pendant une quinzaine d’heures au minimum ;


g.    L’absence d’hygiène et de sécurité dans les wagons notamment des toilettes sales et obscures, n’offrant aucune condition d’intimité, des sièges défoncés et déformés au confort très relatif, des portes bagages non protégés qui laissent tomber sur les passagers les bagages au premier arrêt brusque ;


h.    Le coût élevé des services de restauration dans le train où les prix sont en moyenne 70% plus élevé que les prix pratiqués sur le marché ;


i.    Les accidents réguliers et souvent mortels dus aux déraillements fréquents sur le trajet Yaoundé – N’Gaoundéré – Yaoundé.

 

  1. L’action
Sur la base des constats énumérés ci-dessus, les membres de l’ACDIC des trois Régions septentrionales du Cameroun (Extrême Nord, Nord et Adamaoua) ont décidé de changer cette situation à travers une campagne de plaidoyer intitulée «Campagne train sans souffrance ! ».


Qui est responsable de la campagne ?


Cette campagne sera conduite par les bureaux de l’ACDIC des trois régions septentrionales. Un comité de pilotage de la campagne a été constitué. Les membres de ce comité sont :

  • M. Moussa Ousmane, Président du Comité de Pilotage, Tél.  99 84 23 87, Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
  • M. Mohamadou LAMINOU,  Président de l’ACDIC-Adamaoua, Tél. 74 64 05 34, Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
  • Mme Moussa AMINATOU, Tél.  99 31 06 87, Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
  • M. Ebel OLINGA, Secrétaire Permanent ACDIC-Adamaoua, 75 46 61 93, Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
  • M. MATANA WARITA, Président ACDIC – Extrême Nord, Tél.  99 70 95 57, Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
  • M. Pascal SOULOUKNA, Secrétaire Permanent adjoint ACDIC – Nord, Tél.  99 83 58 61, Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
  • M. Aliou Ben Ibrahim, Tél.  99 01 11 23, Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.



  1.  Les attentes

Tout en reconnaissant les efforts effectués par les responsables, nous entendons  rester très vigilants dans le cadre de la veille citoyenne sur les évolutions des réalisations allant dans le sens de l’amélioration des conditions de transport par train entre Yaoundé et N’Gaoundéré. Dans ce sens, nos attentes sont les suivantes :


La simplification et la  facilitation des conditions d’accès aux titres de transports (tickets, bordereaux, réquisitions)

(i) Stop à l’augmentation du tarif ! nous demandons la réduction du tarif du transport;

(ii) Stop au  flou ! nous demandons la mise à la disposition de la clientèle des informations et de la logistique pour la réservation des billets dans tous les départements des Régions septentrionales du Cameroun;

(iii) Stop à l’arnaque pour l’achat des billets ! nous demandons la suppression de la vente illicite des billets par personnes interposées.


L’amélioration des conditions d’accueil et d’embarquement des passagers

(i) Stop à l’entassement des passagers comme des sacs de patate !  nous demandons l’amélioration des conditions d’accueil dans les salles d’attente des gares et le respect strict du nombre de sièges assis de voyageurs dans les voitures;

(ii) Stop à l’insécurité dans les gares ! nous demandons le renforcement de la sécurité des passagers au moment de l’accès aux quais et aux voitures.


L’amélioration des conditions de voyage

(i) Stop aux énormes retards ! nous demandons le respect des horaires (départ et arrivée);

(ii) Stop à la torture des passagers ! nous demandons  la suppression des places debout dans les trains, et l’amélioration du confort des passagers  (hygiène et propreté dans les toilettes, sécurité à l’intérieur des trains, lumière dans les chambres et les toilettes, etc.);

(iii) Stop aux vols des bagages ! nous demandons  la sécurisation des bagages;

(iv) Stop à la surfacturation dans le wagon restaurant ! nous demandons la baisse des coûts des repas et autres services dans le train.


La réalisation effective des investissements nécessaires en vue de rénover les infrastructures (rails, voitures, locomotives, et autres installations fixes)

(i)    Stop aux préjudices et souffrances sans dédommagements ! nous demandons que des dispositions soient prises pour que des compensations soient payées aux passagers en cas de dommages dûs aux retards, accidents, perte de bagages, vols, etc.


Soutenir la campagne par :

Contact : 99 31 06 87 / 99 84 23 87 / 22 20 73 37

 

Les échanges entre le comité de pilotage de l'ACDIC et le conseil d'administration de la CAMRAIL


  1. Lettre adressée au PCA de la Camrail
  2. Lettre adressée à l'Acdic
  3. Compte rendu de la rencontre ACDIC - CAMRAIL
  4. Rapport d'enquête de satisfaction des usagers du train entre Ydé et Ndéré
Dans la même catégorie: Documentation »

Laissez un commentaire

Make sure you enter the (*) required information where indicated.
Basic HTML code is allowed.

livre_blanc_mas
zero_produit_importe_au_comice

bandestat

tract_manif_mas_2008
rapport_conac

Train sans souffrance


Copyright ACDIC 2010 - Contacts - Design by AndPlus