Le Cameroun ne pourrait-il pas proposer au comité international olympique une nouvelle compétition, celle de la natation bovine ? 

Le spectacle est vraiment excitant, beau à voir et on reçoit une charge d’émotion semblable à celle que l’on ressent en regardant pour la première fois le catch. On n’a pas besoin d’une piscine olympique mais tout simplement d’un fleuve et des pirogues ordinaires doté un petit moteur. Avec la rupture des activités du bac sur la Sanaga depuis plus de 6 mois les convoyeurs des bœufs ont inventé cette discipline.

N’ayant pas encore déposé leur invention auprès de l’organisation africaine de la propriété intellectuelle, on pourrait se contenter de leur demander d’être des instructeurs.

Et on en a besoin. Il faut savoir mettre la corde, non pas au cou pour éviter l’étranglement du bœuf compétiteur, mais à la      racine des cornes. Parvenir par des astuces très compliquées à accrocher le bœuf sur la pirogue, fermer sa bouche par une autre corde, démarrer la pirogue et traverser.

Il faut veiller à l’équilibre pour que la pirogue soit stable et éviter de chavirer. Pendant le voyage des bras solides tiennent la corde afin d’éviter toute agitation des bœufs qui peut entraîner leur noyade, delle de la pirogue et de ses passagers.

 

La seule équation qu’il va falloir résoudre est celle de savoir qui récompenser : le bœuf ? Les gros bras qui l’accrochent sur la pirogue, la pirogue elle-même ? Le berger ? Ou les « propriétaire de l’eau » dont on dit que s’ils ne sont pas contents ils peuvent avaler bœufs, pirogue, passagers… ?

Pour être à la mode on pourrait organiser un « séminaire participatif’. Pour le « renforcement des capacités » de natation des bœufs. Procéder, pour une fois, à la méthode « Down top » car le savoir et le savoir faire ici sont détenus par les « down », les bergers. Attention, savoir parler fulfulde est un avantage supplémentaire. Ou une langue qui a des ressemblances avec le français.

Mais à quoi bon ? Vous avez reçu cette fiche technique gratuitement de La Voix Du Paysan. Mettez-la aussi gratuitement en pratique. Et on économisera un cycle infini de séminaires.

 

Martin Nzegang

Denrées
huile de palme (litre) : 800 FCFA
plantain (régime moyen) : 3167 FCFA
Macabo (kg) : 488 FCFA
Pomme de terre : 300 FCFA
Igname blanc : 583 FCFA
Patate : 245 FCFA
Manioc : 170 FCFA
Poulet ponte (1.8 kg) : 2600 FCFA
Poulet de chair (1.8 kg) : 2933 FCFA
Œuf(Alvéole) : 1900 FCFA
Viande de bœuf (kg) : 2700 FCFA
Haricot rouge (kg) : 530 FCFA
Haricot blanc (kg) : 610 FCFA
Haricot noir (kg) : 527 FCFA
Soja (kg) : 417 FCFA
Arachide (kg) : 400 FCFA
Maïs (kg): 203 FCFA
 

Visiteurs