Comment naît ACDIC ?

ACDIC : Association Citoyenne de Défense des Intérêts Collectifs, association apolitique, non confessionnelle, non tribale, à but non lucratif, est une association de la société civile camerounaise créée en 2003. Elle capitalise une expérience de 20 ans en milieu rural au sein du Service d’Appui aux Initiatives Locales de Développement (SAILD). Lorsque la crise économique mondiale secoue les économies africaines et les paysans dans les années 89-90, ce dernier dans sa mission d’appui aux organisations paysannes qui constituent en n’en pas douter, le creuset du développement au Cameroun, et de promotion des exploitations familiales encourage les petits paysans à diversifier leur source de revenus en se lançant dans l’aviculture afin d’avoir de l’argent tout au long de l’année. Toutes les conditions semblent réunies pour que ce projet de développement dont les premières expériences sont lancées en 1996, soit un succès. Mais deux ans plus tard, les agriculteurs devenus aussi éleveurs, semblent se décourager, ils cessent d’acheter des poussins. En examinant le problème de près avec les paysans, les responsables du SAILD se rendent à l’évidence que si les agriculteurs se découragent, ce n’est pas faute de volonté, c’est qu’ils ne peuvent pas faire face à la concurrence déloyale que leur impose le marché local avec l’importation des découpes de poulet congelé.

L’analyse détaillée montrera plus tard qu’il est tout aussi dangereux pour l’économie nationale, les petits métiers urbains, et même pour la santé des populations. Ainsi, le SAILD s’engage dans un plaidoyer pour arrêter ces importations de poulets facteur aggravant de la pauvreté en milieu rural. Une campagne est lancée dans ce sens à travers le journal La Voix Du Paysan. Il s’agit d’alerter l’opinion sur les dangers des importations et susciter l’indignation des populations. Mais la question n’est pas aussi simple que ça. De nombreux intérêts sont en jeux : certes la situation économique des petits paysans se détériore à vue d’œil, mais les importations de poulet congelé enrichissent quelques gros investisseurs ainsi que les bureaucrates qui leur facilitent l’obtention des autorisations nécessaires.

Avec l’aide de ses partenaires européen et Africain, le SAILD décide d’ajouter au plaidoyer, une action de lobbying. Mais s’étant spécialisé dans les actions de terrains en milieu rural, il ne se reconnaît pas totalement dans cette nouvelle approche dont la dimension socio-politique n’est pas à négliger. D’où la décision unanime de créer une structure adaptée et chargée de porter la campagne de plaidoyer et de lobbying sur le thème de l’importation du poulet congelé au Cameroun. Ainsi naît l’Association Citoyenne de Défense des Intérêts Collectifs, ACDIC.

Denrées
huile de palme (litre) : 800 FCFA
plantain (régime moyen) : 3167 FCFA
Macabo (kg) : 488 FCFA
Pomme de terre : 300 FCFA
Igname blanc : 583 FCFA
Patate : 245 FCFA
Manioc : 170 FCFA
Poulet ponte (1.8 kg) : 2600 FCFA
Poulet de chair (1.8 kg) : 2933 FCFA
Œuf(Alvéole) : 1900 FCFA
Viande de bœuf (kg) : 2700 FCFA
Haricot rouge (kg) : 530 FCFA
Haricot blanc (kg) : 610 FCFA
Haricot noir (kg) : 527 FCFA
Soja (kg) : 417 FCFA
Arachide (kg) : 400 FCFA
Maïs (kg): 203 FCFA
 

Visiteurs