Les boulangers, les meuniers, les institutionnels et la société civile dont l’ACDIC, se sont réunis autour du Ministre du Commerce pour la mise en œuvre d’une stratégie efficace de consommation effective du pain aux farines locales.

 Comment le Cameroun peut-il sortir de la dépendance aux importations de blé ? Cette question fondamentale a fait

l’objet des débats et propositions au cours d’une réunion avec différents acteurs de la chaine de valeurs, convoquée par le Ministre du Commerce Luc Magloire MBARGA ATANGANA dans son département ministériel, le 20 février 2019 à 15h. « Le Cameroun a importé 220 054 tonnes de blé en 2007 et 622 470 tonnes en 2017, soit un taux d’accroissement de 182% », a-t-il déclaré dès l’entame de la rencontre. Les échanges ont duré environ trois heures entre les participants, notamment le MINEPAT (Ministère de l'Economie, de la Planification et de l'Aménagement du Territoire), le MINMIDT (Ministère des Mines, de l'Industrie et du Développement Technologique), le LANACOM (laboratoire national de contrôle de qualité de médicaments et d'expertise), le CTA (Centre Technique Agro-alimentaire), l’ANOR (l’Agence des Normes et de la Qualité), la Ligue de Défense des Droits des Consommateurs, le syndicat des boulangers, l’ACDIC (Association Citoyenne de Défense des Intérêts Collectifs), etc.

De commun accord, deux recommandations essentielles ont été retenues : une décision gouvernementale forte institutionnalisant l’incorporation des farines locales dans le pain au Cameroun, et des appuis massifs aux producteurs pour réduire leurs coûts de production et conséquemment assurer la disponibilité des farines locales à coût raisonnable. La possibilité de produire localement le blé a été aussi énoncée, avec une étude préalable sur l’identification de la variété adaptée. L’ACDIC n’a pas manqué d’annoncer séance tenante la mise en œuvre en son sein d’un projet pilote de fabrication des farines panifiables de manioc et de patate dans la région de l’Adamaoua, avec l’appui financier de son partenaire MISEREOR.

On se souvient qu’en 2010, avec le MICOMMERCE l’ACDIC avait co-organisé une journée de dégustation des produits locaux au Palais des Congrès de Yaoundé, en proposant aux consommateurs du pain, viennoiseries et pâtisseries à base de farines de patate, manioc et maïs. C’était en prélude au Comice agropastorale d’Ebolowa en 2011, où la même expérience avait été reproduite, à plus grande, pour le plus grand bonheur des consommateurs.

 

 

Météo du poulet

Semaine du 12 août 2019

Denrées
Poulet ponte (1.8 kg) : 2 400 FCFA
Poulet de chair (1.8 kg) : 2 800 FCFA
Œuf(Alvéole) : 1 700 FCFA
Soja (kg) : 400 FCFA
Arachide (kg) : 500 FCFA
Maïs (kg): 240 FCFA