L’ACDIC relance l’initiative de production du pain de farines locales, près de 10 ans après ses premiers essais datant du Comice agropastoral d’Ebolowa. Le projet pilote est placé sous son axe thématique « Souveraineté et Sécurité alimentaire », avec l’appui financier de l’ONG allemande MISEREOR.

Sans doute avez-vous  encore en souvenir le goût du pain, des viennoiseries et autres pâtisseries enrichies aux farines de patate,

maïs et manioc, offertes lors des journées de dégustations organisées par l’ACDIC à Yaoundé en 2010 et au Comice agropastoral d’Ebolowa en 2011, avec la boulangerie « Vert-Rouge-Jaune », créée pour la circonstance, et dont la capacité de production était d’environ 1200 pains par jour. Vous aviez émis le vœu de voir ce type de produits dans les boulangeries et espaces marchands de vos différentes villes. Seulement, aucune décision gouvernementale  d’institutionnalisation de la fabrication du pain composé de farines locales n’a pas suivi.

En 2016, cinq ans après le comice, l’ACDIC  s’appuyant sur son axe d’action lié à la promotion des produits locaux, a introduit simultanément auprès de MISEREOR et du Ministère de l’économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire  (MINEPAT), une demande de financement et de mise en œuvre d’un projet pilote de chaine de valeurs des farines panifiables au Cameroun, précisément dans la région de l’Adamaoua. Les démarches avec les deux partenaires sollicités ont connus des orientations diverses. Le MINEPAT a choisi de travailler avec l’ACDIC pour la mise en place d’une plateforme nationale des promoteurs de farines locales. Un groupe de travail chargé de faire des propositions pour la création de ladite plateforme a été créé par décision N°0932/MINEPAT/SG/DAJ du 19 juin 2017, et les statuts de la plateforme sont en cours de rédaction. MISEREOR a décidé  d’accompagner l’ACDIC depuis le 1er décembre 2018 dans la mise sur pied de deux unités de transformation, l’une dans le département de la Vina pour la patate, et  l’autre dans le Mbéré pour la transformation du manioc avec des possibilités de ravitaillement par d’autres bassins de productions, notamment dans les  régions du Centre et de l’Est.

Aujourd’hui, le compte à rebours est lancé ! Déterminée à jeter les bases de la création d’une véritable dynamique, l’ACDIC s’investit dans des actions (i) d’identification et d’accompagnement des producteurs à la base, (ii) de détermination et de mise en place des unités de transformation des tubercules, (iii) d’identification et d’alimentation des boulangeries et autres vendeuses de beignets, en farines locales pour la production des viennoiseries et pâtisseries, (iv) de promotion auprès des consommateurs et (v) de capitalisation des résultats pour les potentiels investisseurs et la mise en place d’une véritable industrie des farines locales camerounaises.

A ce jour, plusieurs localités ont déjà été visitées et étudiées pour comprendre les raisons de l’échec  des initiatives passées de production de farines locales, notamment à Ngoumou, Pouma et Ebolowa, ainsi que pour évaluer le potentiel de production des tubercules, voire céréales (maïs), des régions qui soutiendront l’alimentation des différentes unités de transformation. C’est le cas d’Endom (dans le Centre), de Mboma (à l’Est), de N’Gaoundéré, Meiganga,  Dir (dans l’Adamaoua). Les populations, les autorités administratives et les élites locales ont favorablement accueilli le projet. Tous souhaitent contribuer d’une manière ou d’une autre à sa réalisation et y voient une opportunité concrète, ou comme ils le disent, « une aubaine » de développement économique et social pour leur localité respective.

ACDIC sur le terrain...

A Meiganga, place à l'organisation des producteurs

  

A Mboma, à la recherche des semence de maïs doux, variété BSR-81 adaptée à la panification, pour sa farine légère.

 

A N'gaoundéré, pour l'accompagnement des producteurs prêts.

 Ngaoundr 2

 

Météo du poulet

Semaine du 12 août 2019

Denrées
Poulet ponte (1.8 kg) : 2 400 FCFA
Poulet de chair (1.8 kg) : 2 800 FCFA
Œuf(Alvéole) : 1 700 FCFA
Soja (kg) : 400 FCFA
Arachide (kg) : 500 FCFA
Maïs (kg): 240 FCFA